Rubriques

Sur les traces de Joséphine...

Marie-Josèphe-Rose de Tascher de la Pagerie, dite Joséphine de Beauharnais, est la fille ainée de Joseph-Gaspard de Tascher de la Pagerie, chevalier, seigneur de la Pagerie, une plantation de canne à sucre aux Trois Ilets, en Martinique, et de Rose Claire des Vergers de Sannois, issue d’une famille de riches colons martiniquais. « Douce et incomparable Joséphine », disait Napoléon Bonaparte… Au hasard de visites, telle que celle du Château de la Malmaison, par exemple, ou de lectures, j’ai appris à la connaître d’un peu plus près : intelligente, sensible, pleine de grâce et d’esprit, attachante  menteuse, mécène en matière de littérature et de musique, passionnée par les sciences naturelles –botanique et zoologie-, j’ai voulu retenir, entre autres, que le nom de Joséphine était surtout attaché aux plantes, et aux roses, plus particulièrement… Celles de Redouté, bien sûr, peintre célèbre dont on dira que les roses qu’il a peintes sont celles de la collection de Joséphine, collectionneuse acharnée de ce XVIIIème siècle, féru de curiosités en tous genres… Redouté démentira plus tard, peut-être parce que le vent politique avait tourné et qu’il n’était plus de bon ton de se recommander des proches de l’empereur déchu… Petit à petit, je me suis attachée à cette femme indépendante et cultivée…  Mes pas ne pouvaient que me conduire sur les traces d’une personnalité que l’on aime ou que l’on n’aime pas, mais qui, en tout état de cause, ne laisse pas indifférent…
Marie-Josèphe-Rose Tasher de la Pagerie
Marie-Josèphe-Rose de Tasher de la Pagerie

 Marie-Josèphe-Rose aurait été ainsi nommée en référence à la Belle-fille de Louis XV et mère de Louis VI, Louis XVII et Charles X, Marie-Josèphe de Saxe. Son père en était le page. D’abord unie au Vicomte Alexandre de Beauharnais qu’elle épouse à la place de sa sœur Catherine-Désirée, décédée de la tuberculose, elle quitte son île natale, la Martinique pour Noisy-le-Grand. Elle a 16 ans. Deux enfants naîtront de cette union : Eugène et Hortense. Mais le couple se sépare rapidement.

De la plantation où vécurent Joséphine et sa famille jusqu'à ce qu'elle atteigne l'âge de 16 ans, il ne reste plus que les fondations : emportée par un cyclone, elle fut remplacée par ...

De la maison de planteurs où vécurent Joséphine et sa famille jusqu'à ce qu'elle atteigne l'âge de 16 ans, il ne reste plus que les fondations : emportée par un cyclone, elle fut remplacée par ...

... où la famille s'installa, au deuxième étage, pour vingt ans... La maison ne fut pas reconstruite.

... la sucrerie, où la famille s'installa, au deuxième étage, pour vingt ans... La maison ne fut pas reconstruite.

Vue plus large de la sucrerie... La photo a été prise de l'emplacement des fondations de la maison. C'est donc la vue que pouvait en avoir Joséphine lorsque la maion était encore habitée...

Vue plus large de la sucrerie... La photo a été prise de l'emplacement des fondations de la maison. C'est donc la vue que pouvait en avoir Joséphine lorsqu'elle y habitait encore, avant que le cyclone ne la dévaste...

En 1788, Marie-Josèphe-Rose retourne en Martinique pour tenter de récupérer quelque argent auprès de son père. Elle y restera deux ans et reviendra précipitamment en France lorsque la tourmente révolutionnaire commence à atteindre son île. Entre-temps, Alexandre est devenu Président de l’Assemblée constituante. Marie-Josèphe profite du pouvoir de son époux et se met à fréquenter des milieux politiques divers où elle brille par sa disponibilité à aider son entourage. Mais Alexandre est arrêté, emprisonné et finalement guillotiné quelques jours avant la chute de Robespierre. Marie-Josèphe, également emprisonnée, restera marquée à jamais par cette épreuve où chaque jour se dresse le fantôme de la mort…

Derrière ce qui fut la maison d'habitation, on trouve les communs, dans lequel a été installé un petit musée qui présente des peintures peu connues de Joséphine, et quelques objets lui ayant appartenu, tel que...

Derrière ce qui fut la maison d'habitation, on trouve les communs, dans lesquels a été installé un petit musée qui présente des peintures peu connues de Joséphine, et quelques objets lui ayant appartenu, tel que...

... ce lit. Joséphine y dormit jusqu'à son départ pour Noisy-le-Grand, avec premier son époux, Alexandre de Beauharnais

... ce lit. Joséphine y dormit jusqu'à son départ pour Noisy-le-Grand, avec son premier époux, Alexandre de Beauharnais.

... Ou encore, ces curieuses pinces à sucre, utilisées au XVIIIème siècle...

... Ou encore, ces curieuses pinces à sucre, utilisées au XVIIIème siècle...

 

... Et tous les témoignages relatif à l'esclavage... Lorsqu'un esclave tentait de s'enfuuir et qu'il était repris, il était victime de terribles sévices, pouvant aller jusau'à la mort... Le maître pouvait décider de le plonger vivant dans un bain de sucre en ébullition... Les tensions nées de l'esclavage sont d'ailleurs encore très sensibles aux Antilles. Le maître bénéficiait d"un droit de cuissage. Les en,fants nés de ces unions étaient des "mulâtres", fils du maître et d'une esclave. Les créoles étaient blancs, nés aux Antilles de parents blancs. Les békés sont les lointains descendants des propriétaires de plantations. Ils détiennent encore, de nos jours, la majorité des postes importants des iles...

... Et de nombreux témoignages relatifs à l'esclavage... Lorsqu'un esclave tentait de s'enfuir et qu'il était repris, il était victime de terribles sévices, allant parfois jusqu'à la mort... Le maître pouvait décider de le plonger vivant dans un bain de sucre en ébullition... Les tensions nées de l'esclavage sont d'ailleurs encore très sensibles aux Antilles. Le maître bénéficiait d"un droit de cuissage et les enfants nés de ces unions étaient des "mulâtres", fils du maître et d'une esclave. Les créoles étaient blancs, nés aux Antilles de parents blancs. Les békés sont les lointains descendants des propriétaires de plantations. Ils détiennent encore, de nos jours, le pouvoir social et la majorité des postes importants des iles...

Les esclaves noirs voyageaient dans d'affreuses conditions : couchés les uns à côté des autres sur des planches de bois (voir au deuxième niveau), ils étaient nombreux à mourir pendant la traversée... 5cHA¨TEAU DES Ducs de Bretagne à Nantes)

Les esclaves noirs voyageaient dans d'affreuses conditions : couchés les uns à côté des autres sur d'étroites planches de bois (au deuxième niveau), ils étaient nombreux à mourir pendant la traversée... (Musée du Château des Ducs de Bretagne à Nantes)

Entraves et chaînes pour la traite... (Musée du Château des Ducs de Bretagne à Nantes)

Entraves et chaînes pour la traite... (Musée du Château des Ducs de Bretagne à Nantes)

En 1685 a été promulgué une ordeonnance qui instaure un cadre législatif et le statu légal de l'esclave dans la Société française : c'est le Code noir... En 1794, l'abolition de l'esclavage est proclamée pour la ppremi_re fois pendant la révolution, à l'initiative de l'Abbé Henri Grégoire. En 1802, Napoléon annule ces dispositions et autorise à nouveau l'esclave dans les territoires français d'Outre Mer concerné par le Traité d'Amiens. Le 27 avril 1848, Lmartine signe le deuxième décret d'abolition de l'esclavage sous l'impulsion de Victor Schoelcher.

En 1685 , une ordonnance qui instaure un cadre législatif et le statut légal de l'esclave dans la Société française est promulguée : c'est le Code noir... En 1794, l'abolition de l'esclavage est proclamée pour la première fois pendant la révolution, à l'initiative de l'Abbé Henri Grégoire. En 1802, Napoléon annule ces dispositions et autorise à nouveau l'esclavage dans les territoires français d'Outre Mer concerné par le Traité d'Amiens. Le 27 avril 1848, Lamartine signe le deuxième décret d'abolition de l'esclavage sous l'impulsion de Victor Schoelcher (Musée du Château des Ducs de Bretagne à Nantes)

 

Autour de la maison, un magnifique jardin tropical... Joséphine gardera toujours la nostalgie de son île, appelée, à raison "Madinina", "L'Ile aux fleurs"...

Autour de la maison, un magnifique jardin tropical... Joséphine gardera toujours la nostalgie de son île, appelée, à raison, "Madinina", "L'Ile aux fleurs"...

A sa sortie de prison,  elle devient, avec Madame Tallien, une des gloires de la société thermidorienne. C’est dans le salon de Barras qu’elle va rencontrer Napoléon Bonaparte, jeune général corse. Séduit par sa vivacité et son esprit, il l’épouse rapidement. Elle a 6 ans de plus que lui, et cela ne se fait pas… Son acte de naissance sera falsifié pour la rajeunir. Très rapidement, Napoléon rebaptise Marie-Josèphe-Rose qu’il n’aime pas, du prénom de « Joséphine ». Elle jouera un rôle très important dans la fusion des deux régimes : l’ancien, qu’elle connaît parfaitement, qui va se rallier à Napoléon, et le nouveau, généré par la Révolution française. En succession directe de la Reine Marie-Antoinette, elle va tenir sa cour avec une grande aisance, tact et distinction.

A l'exception des deux années où Joséphine revient en Martinique avec l'espoir de récupérer quelque argent de la part de son père, elle n'est jamais retournée aux Antilles. Les voyages en bateau étaient longs et dangereux. Il s'est dit qu'elle avait gardé contact avec sa mère. Il semblerait que ce ne soit pas le cas. Cette dernière est morte dans le dénuement et a été enterrée à l'église des Trois Ilets

A l'exception des deux années où Joséphine revient en Martinique avec l'espoir de récupérer quelque argent de la part de son père, elle n'est jamais retournée aux Antilles. Les voyages en bateau étaient longs et dangereux. Il s'est dit qu'elle avait gardé contact avec sa mère. Il semblerait que ce ne soit pas le cas. Cette dernière est morte dans le dénuement et a été enterrée à l'église des Trois Ilets

Les trois Ilets : une bourgade martiniquaise comme sil y en a teant. De vieilles maisons en bois, délavées par les pluies tropicales, avec des toits en tôle...

Les trois Ilets : une bourgade martiniquaise comme il y en a tant... De vieilles maisons en bois, délavées par les pluies tropicales, avec des toits en tôle...

Mécène dans de nombreux domaines artistiques, peinture, musique, littérature…, elle est aussi passionnée par les sciences naturelles. Elle n’hésitera d’ailleurs pas à user du nom de son illustre époux pour obtenir des laisser-passer qui lui permettront de faire venir d’Angleterre et de Hollande de nombreux végétaux de contrebande…  Très marquée par le goût du XVIIIème siècle, elle est une grande collectionneuse de toutes choses rares… payées à prix d’or. Grande dépensière, elle va coûter très cher à la France, au grand dam de l’empereur…

Comment Joséphine aurait-elle pu oublier la beauté de son île, son climat, sa faune et sa flore, si riches...

Comment Joséphine aurait-elle pu oublier la beauté de son île, son climat, sa faune et sa flore, si riches...

  ... D'ailleurs, elle ne les a jamais oubliées, pas plus que son accent qui lui faisait oublier les "R"... A la cour, les Merveilleuses l'imitaient en sacrifiant, à leur tour, tous les "R"...

... D'ailleurs, elle ne l' a jamais oubliée, pas plus que son accent qui lui faisait omettre les "R"... A la cour, les Merveilleuses l'imitaient et sacrifiaient, à leur tour, tous les "R"... Elégantes me-veilleuses...

... Elle se souvenait de la vivacité et de la grâce des colibri, jolis oiseaux-mouches, aussi appelés "Foufous", et du parfum...

... Elle se souvenait de la vivacité et de la grâce des colibris, jolis oiseaux-mouches, aussi appelés "Foufous" ...

Ne parvenant pas à donner un héritier à Napoléon, le couple impérial finira par divorcer. Napoléon dira lors de la séparation qu’ « elle a embelli quinze ans de sa vie »…Les dernières années de la vie de Joséphine seront tristes et solitaires. Napoléon continue de la visiter une fois par an, à la vue de tous, pour lui conserver son prestige.Ses enfants Eugène et Hortense font des mariages intéressants qui, de nos jours encore, ont donné une descendance en Norvège, en Belgique, en Suède, au Danemark…

Elle devient une grand-mère attentive et aimante. Lors de la visite du tsar de Russie, alors qu’elle lui fait visiter le jardin du Château de Malmaison dans lequel elle s’est retirée, insuffisamment couverte, elle attrapera froid et mourra quelques jours plus tard… Napoléon, dont elle a été le grand amour, dira d’elle que « c’était une vraie femme, à la grâce personnifiée »…

 Je suis tout à fait de son avis : Joséphine est encore, de nos jours,  une personnalité hors du commun et il ne fait aucun doute qu’au XXIème siècle, soit plus de deux cents ans plus tard, son empreinte a fortement marquée le paysage historique français.  Alors, oublions tout ce qui fait la part sombre de l’être humain -et de Joséphine-,  pour ne plus voir en elle que son charme inégalable et ses inombrables talents… 

Le buste de Joséphine trône, bien à sa place, au milieu de l'exubérante végétation du jardin de son enfance... Elle avait de très vilaines dents, que l'on a dit gâtée par l'excès du sucre qu'elle avait consommé dans son enfance... En fait, il n'en est rien. Elle avait tout simplement tiré un mauvais numéro à la grande loterie de la génétique... Sur ces tableaux, elle ne sourit jamais pour ne pas montrer une dentition noircie ou rare...

Le buste de Joséphine trône, bien à sa place, au milieu de l'exubérante végétation du jardin de son enfance... Elle avait de très vilaines dents, que l'on a dit gâtées par l'excès du sucre qu'elle avait consommé toute petite... En fait, il n'en est rien. Elle avait tout simplement tiré un mauvais numéro à la grande loterie de la génétique... Sur ses tableaux, elle ne sourit jamais pour ne pas montrer une dentition noircie ou rare... Elle est, malgré tout, bien jolie...

5 commentaires pour : Sur les traces de Joséphine…

  • Merci pour votre commmentaire, vous povez ajouter mon lien ,j’ajoute le votre

    Cordialement

  • Bonjour ,voilà j’adore la Martinique d’ailleurs on va y vivre dans quelques temps et je suis un passionné de tout ce qui touche a Madinina !
    je ne sais pas pourquoi cette femme Joséphine ,premièrement elle est née comme moi un 24 juin mais quelques choses de forten elle m’attire c’est inexplicable voilà ma démarche Amitiés !!!!!!

  • admin

    Racontez-nous votre vie là-bas, alors !

  • Himalaya

    De qui est le tableau représentant la Plus que Reine ?
    Où peut-on le voir ?
    Il change des représentations impériales !

  • admin

    Bonjour,
    Toutes les photos qui illustrent mon article ont été prises en Martinique, au Musée de Joséphine…
    Si vous êtes en métropole, ca fait un bout pour y aller !
    Le Muséee de Joséphine retrace toutes ses années de jeune fille, avant qu’elle ne parte en métropole…
    Bien à vous.

Laisser une méssage

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>