Rubriques

... Karine, jardinière au Logis de la Chabotterie en Vendée (85)

Logis vendéen chargé d’histoire, la Chabotterie restitue de façon surprenante l’atmosphère d’une demeure au XVIIIème siècle… Une lourde grille en fer forgé grande ouverte accueille le visiteur qui se retrouve sur le champ propulsé au lointain temps jadis, lorsque les chouans faisaient la guerre pour la Patrie, la Religion et le Roi… Avec un peu d’imagination, en tendant l’oreille, on pourrait presque entendre le bruit étouffé du canon qui résonne dans la campagne environnante… C’est ici que le célèbre Général Charette fut arrêté le 23 mars 1796. Un chemin conduit à un monument, « La croix de Charette », érigé sur le lieu même de son arrestation. Par une journée d’avril  ensoleillée, la promenade sous des frondaisons encore grêles est un enchantement. Tous les verts du printemps se fondent pour former un délicat tableau impressionniste qui plairait certainement à Monet… Ici et là, des fleurs sauvages tapissent les fossés qui dégagent de bonnes odeurs de jacinthes des bois, de violettes et de fleurs d’aubépines…

L'entrée de la Chabotterie...

L'entrée de la Chabotterie...

Les bâtiments qui ferment en carré la cour d'honneur...

Les bâtiments qui ferment en carré la cour d'honneur...

A l'extérieur des murs d'enceinte, un petit lavoir très bucolique...

A l'extérieur des murs d'enceinte, un petit lavoir très bucolique...

La Chabotterie, vue d'un autre angle...

La Chabotterie, vue d'un autre angle...

"Le bonjour du printemps" !

"Le bonjour du printemps" !

Des sous-bois parfumés à la jacynthe sauvage...

Des sous-bois parfumés à la jacinthe sauvage...

La croix de Charette, récemment célébrée à l'occasion de la date anniversaire de son arrestation...

La croix de Charette, récemment célébrée à l'occasion de la date anniversaire de l' arrestation du célèbre général...

Après la visite des bâtiments situés dans le carré formé par  la Cour d’honneur, on pénètre dans la grande bâtisse… Une petit corridor où sont exposés des tableaux de famille et une  vieille chaise à porteur nous conduit au Salon de compagnie. Un discret fond de musique baroque écrite par Lully,  le musicien du roi Louis XIV situe immédiatement l’époque…

Le salon de compagnie...

Le salon de compagnie...

La salle à manger...

La salle à manger...

CHABOTTERIE AUTOMNE 013

Sur la table, l'écharpe blanche de Charette...

La chambre...

La chambre...

Le cabinet d'érudit : une harpe, une prese à herbiers, toute l'encyclopédie de Rousseau... Pas de doute, on est chez des gens cultivés, épris de savoirs et d'humanisme...

Le cabinet d'érudit : une harpe, une presse à herbiers, derrière l'armoire vitrée, l'encyclopédie de Rousseau... Pas de doute, on est chez des gens cultivés, épris de savoir et d'humanisme...

Dans la Salle à manger, des bruits de conversations étouffées suggèrent une assemblée de convives réunis autour d’une bonne table où les mots d’esprit fusent, aussi aiguisés qu’un couperet… Les pièces se succèdent, toutes meublées dans cet esprit XVIIIème que j’affectionne particulièrement : la Salle de commandement, le Cabinet d’érudit, la chambre, les combles…

La chapelle...

La chapelle...

Les combles, où logeaient les gens de maison...

Les combles, où logeaient les gens de maison...

Des fenêtres, on aperçoit le Jardin clos et la longue allée cavalière bordée de chênes… A genoux, des jeunes femmes sont occupées à y travailler. Nous allons à leur rencontre. Gentiment, elles acceptent de satisfaire à ma curiosité et répondent de bonne grâce aux questions que je leur pose…

Vu des fenêtres du jogis, le jardin clos...

Vu des fenêtres du logis, le jardin clos...

Karine se présente : elle est jardinière à la Chabotterie depuis plus de 10 ans… Jolie  jeune femme au visage ouvert et souriant  muni de  quelques discrets percings, on a d’emblée la preuve  que ce métier  n’est  plus l’apanage des hommes et qu’on peut demeurer féminine tout en grattant la terre !   Elle nous explique que le Domaine a été acheté  à une famille qui y vivait encore en 1991 quand le Conseil Général  a décidé de restaurer ce lieu unique,  ouvert  au public depuis mai 1993. Les jardins ont été recréés par une autre jardinière, après des recherches approfondies pour en retrouver le dessin  à la fin du XVIIIème, début du XIXème…  Plusieurs époques sont ainsi restituées, dont le Moyen âge, avec les carrés des simples, ou la Renaissance…  Le jardin clos comprend un jardin d’agrément composé de parterres fleuris bordés de buis et d’ifs. Le potager est divisé en carrés de légumes et de fleurs à couper. Une douve au niveau des pavillons du fond ferme le jardin mais en contournant le logis par l’extérieur, on peut rejoindre l’allée cavalière et profiter de la vue d’ensemble du logis et du jardin clos.  Les deux premières années, l’entretien du jardin fut confié à une entreprise privée, puis très vite, et jusqu’en février 2010, un jardinier, Eric,  fut embauché pour y travailler à temps complet. Une fidélité de presque 15 ans rompue pour diversifier la fonction dans le sud de la France, mais qui a eu le temps de porter ses fruits… Deux jardiniers sont nécessaires pour entretenir une telle surface : le jardin clos représente 3000 m2, le verger, 7000 m2… La Cour d’honneur est aussi entretenue par les jardiniers de la Chabotterie. La totalité du domaine s’étend sur 48 hectares. Les employés municipaux de Saint-Sulpice-le-Verdon participent activement à l’entretien général.  Depuis quelque temps, Karine est la seule permanente, bientôt rejointe par un autre jardinier qui devrait arriver très prochainement. Elle est  toutefois assistée par de jeunes stagiaires qui l’aident en alternance avec la théorie dans  une école horticole. Des périodes de 15  jours à 3 semaines, sur une durée totale d’une année entière permettent à  Anne, la jeune stagiaire, de  témoigner de sa passion pour le jardin…  Elle nous  explique que sa présence sur 12 mois lui permet  d’observer davantage le rythme des saisons et la succession des végétaux. Karine, aussi passionnée  que sa jeune stagiaire, approuve et nous confie son itinéraire personnel, très atypique, d’un emploi dans la vente, au Jardin clos de la Chabotterie…  Des études horticoles reprises tardivement au C.N.P.H. de Menitré ont facilité une reconversion très réussie parce que très désirée… 

Une longue pergola où des rosiers anciens pour la plupart se succèdent... Musique médiévale d'accompagnement...

Une longue pergola où des rosiers anciens pour la plupart se succèdent... Musique médiévale d'accompagnement...

60 mètres d'espaliers taillés en double U, appuyés sur les murs extérieurs...

60 mètres d'espaliers taillés en double U, appuyés sur les murs extérieurs...

... Et tout autour, le printemps...

... Et tout autour, le printemps...

Une promenade délicieuse...

Une promenade délicieuse...

Mais le travail ne manque pas à cette saison et nos deux jardinières retournent à leurs occupations… Une dernier tour de jardin et nous nous éloignons… Comme je souhaiterais être à leur place ! 

LOGIS DE LA CHABOTTERIE 85260 SAINT-SULPICE-LE-VERDON Tel 02 51 42 81 00   http://chabotterie.vendee.fr

De nombreuses animations se tiennent à la Chabotterie, dont les concerts réputés  de la Symphonie du Marais, avec Hugo Reyne. Pour plus d’infos, aller sur le site de la Chabotterie qui détaille les programmes.

10 commentaires pour : … karine, jardinière au Logis de la Chabotterie en Vendée (85)

  • Nicolas

    Trés bel article mais quel dommage de ne pas voir le visage de Karine!
    Bravo pour ces beaux jardins en tout cas!

  • patay

    Bonjour Chantal,
    Merci pour votre article que je viens de découvrir ce matin. Je le trouve bien fait et agrémenté de belles photos. Un seul point que je ne comprends pas, c’est lorsque vous parlez de l’entretien fait par entreprise dans un premier temps, puis JUSQU’EN 2002, par un jardinier. En effet, mon collègue éric est arrivé en Juillet 1995, et s’est occupé du jardin jusqu’en Février 2010…
    Bonne journée à vous et merci encore.
    Je ne manquerais pas de venir vous visiter de temps à autre, via votre site…et peut-être un jour, directement chez vous

  • admin

    Merci pour votre commentaire Karine… J’ai rectifié l’erreur que j’avais faite et vous ai décrite, physiquement, pour Nicolas qui regrettait de ne pas vous voir en photo ! La prochaine fois que je vais à la Chabotterie, vous prendrez la pose… En tout cas , je serais heureuse de vous faire à mon tour visiter mon jardin qui ne vaut toutefois pas celui de la Chabotterie ! Vous me donnerez des conseils… A bientôt. Amicalement. Chantal, JARDIN DE L’ECHASSIERE

  • superbe comme d habitude je voyage sans bouger de chez moi je te remercie joelle

  • Magnifique !
    Et pas loin de chez moi en plus… il faudrait que je me bouge un peu pour aller visiter « en vrai » !

  • admin

    A visiter absolument si tu passes par là… Un des endroits le plus chargé d’histoire et d’émotion que je connaisse…

  • laurence G

    Merveilleux site et merveilleux reportage. La nature et les fleurs, la douceur des choses font oublier les atrocités…

  • falzon

    Chers vous tous,

    Quelques nouvelles du jardinier Eric, fidèle à la Chabotterie pendant presque 15ans…et 10 ans de binôme avec notre chère Karine qui a repris la succession avec panache.Si vous connaissez PAU, c’est la ville natale d’Henri IV et du panache il en avait! Donc, je sais que le jardin est entre de bonnes mains.Pour moi,je suis revenu dans mon cher Sud ouest et je reste toujours dans le domaine des espaces verts mais je n’oublierai pas ces 15 ans et notamment les 10 ans passés avec notre amie dont on attend la photo…Bien amicalement et merci pour votre article.

  • admin

    Pour la photo, promis, la prochaine fois, je demanderai à Karine de prendre la pose ! J’imagine qu’elle le mérite grandement à lire les louanges que font d’elle ses amis !

Laisser une méssage

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>