Rubriques

Jean-Baptiste, le jardinier philosophe...

Si le XVIIIè sècle est celui des lumières avec l’émergence des grands philosophes, Jean-Baptiste de la Quintinie, au siècle précédent, peut être considéré comme tel, à bien des niveaux… Sage, de cette sagesse que seule la terre peut donner lorsqu’on passe sa vie cassé en deux pour s’approcher d’elle au plus près, il a émaillé son « Instruction pour les jardins fruitiers et potagers… » de quantité de remarques que je considère pour ma part très philosophiques… J’en ai fait un petit florilège que je vous laisse le soin d’apprécier…

Rousseau, Voltaire, Montesquieu... Certes... Mais Jean-Baptiste la Quintinie, aussi... La sagesse lumineuse d'un homme de la terre...

Rousseau, Voltaire, Montesquieu... Certes... Mais Jean-Baptiste la Quintinie ? La sagesse lumineuse et toute la philosophie d'un homme de la terre...

SA PHILOSOPHIE : Mêlons-nous de ce qui nous regarde…  : « Tout de même, je dis qu’en végétation, il n’est pas trop assuré de philosopher en général, il est surtout important d’examiner chaque chose en particulier, et toujours en vue d’acquérir non pas simplement de ces lumières qui ne font que repaître une vaine curiosité d’esprit mais particulièrement de celles qui contribuent à donner aux ouvriers de nouveaux degrés de connaissance et d’habileté : défions-nous des opinions qui ne sont au plus que probables, et qui par conséquent ne sauraient servir à établir des maximes assurées ; défendons-nous des préventions qui nous font embrasser avec trop de déférence ce qui peut avoir été avancé par un homme véritablement illustre en certaines matières particulières, mais qui pour avoir voulu trop entreprendre s’est peut-être mêlé mal à propos de dogmatiser sur quelques-unes qu’on pouvait dire ne pas être de son gibier ». Je suis bien d’accord avec Mr de la Quintinie : combien de personnes se pavanent à la télévision ou énoncent des lapalissades à la radio sans avoir seulement les bases de ce dont ils parlent ?

Suffit-il d'avoir de bons outils de taille pour savoir tailler ?

Suffit-il d'avoir de bons outils de taille pour savoir tailler ?

 DIEU, LES HOMMES ET LA NATURE  : « Je ne sais si je ne pourrais point dire qu’assez souvent les règles de la taille  sont à peu près à l’égard des arbres ce que les règles de la morale chrétienne sont à l’égard de la conduite de l’homme ; nos arbres sont ce me semble impatients de la contrainte où nous les assujettissons pour les tenir bas, et peut-être collés à des murailles ; on dirait qu’ils affectent de chercher toujours à s’échapper et à surprendre le jardinier pour aller là où il ne veut pas qu’ils aillent et faire des branches où il ne voudraient pas qu’ils en fissent, tant de même que la nature corrompue de l’homme se révolte souvent contre les lois divines et contre la raison, et se porte à la plupart des choses que la morale défend ». Dure, dure, la vie…

Pour que ce bel arbre atteigne cette taille avec cette allure, il est sûr que le jardinier l'a quelque peu orienté...

Pour que ce bel arbre atteigne cette taille avec cette allure, il est sûr que le jardinier l'a quelque peu orienté...

SON AVIS SUR LES « MESSIEURS JE SAIS TOUT »…  : « On trouve quelquefois des gens qui croient qu’il ne faut pas bien de l’art pour tailler un arbre et citent sur cela et les grands arbres qu’on ne taille jamais, et les arbres de certains jardiniers qui, sans avoir jamais rien su couper, taillent si heureusement qu’ils ne manquent pas bien d’avoir des fruits. Je n’ai rien à dire à ces gens-là, ou plutôt j’ai tant de choses à dire que je n’estime pas qu’il faille répondre : les médecins, les jurisconsultes et la plupart des habiles gens en toutes sortes d’arts trouvent quelquefois chacun à leur égard des faiseurs de pareilles objections ». Tais-toi !

Seul un homme de l'art peut créer une telle perfection...

Seul un homme de l'art peut créer une telle perfection...

LES HOMMES SONT-ILS TOUS EGAUX ? : « Si les tuyaux d’orgues et les instruments de musique ne sont effectivement bons et bien faits, à quoi servira-t-il de les mettre entre les mains de savants musiciens et d’habiles organistes ? L’âme de tous les hommes n’est-elle pas d’une égale substance et d’une égale perfection d’être dans les uns comme dans les autres ? Cependant à quoi attribuerons-nous cette différence étonnante des grands ministres et des grands philosophes d’avec le peuple stupide, grossier et barbare, si ce n’est à la différence du tempérament et des organes ? » C’est ben v’lai !

Suffit-il de s'asseoir devant une harpe pour savoir en jouer ?

Suffit-il de s'asseoir devant une harpe pour savoir en jouer ?

L’IMPORTANCE DE L’EXPERIENCE : « … l’expérience nous apprend… et doit nous suffire, aussi bien qu’aux charpentiers, quelles sortes d’arbres méritent notre choix ou notre rebut pour être propres ou ne l’être pas à faire dans nos bâtiments de bonnes poutres et de bonnes solives ». Ah ! Le savoir empirique…

Les vieilles demeures traverseraient-elles les siècles si leurs bâtisseurs n'avaient pas choisi les bons matériaux ?

Les vieilles demeures traverseraient-elles les siècles si leurs bâtisseurs n'avaient pas choisi les bons matériaux ?

MEFIONS-NOUS DES HERITAGES  « INDISCUTABLES »… : « Ils (les jardiniers) ne sauraient convenir que cette pratique de leur père soit une fausseté grossière, ni que c’en soit encore d’autres tout ce que la tradition leur a appris… Pour moi il me semble qu’il n’y a rien de plus erroné, tant pour la chose en soi que pour le raisonnement qu’on en peut faire ». « A ton âge, moi je roulais en vélo ! »… Les temps changent, les vérités aussi…

Nos ancêtres nous on transmis quantité d'héritages... Certains sont à prendre en bloc, d'autres, à discuter...

Nos ancêtres nous on transmis quantité d'héritages... Certains sont à prendre en bloc, d'autres, à discuter...

PENSEES SUR LA DIFFERENCE : « Il est vrai que j’ai souvent admiré comme quoi les rossignols et les serins ont une disposition miraculeuse à réjouir les hommes de leur chant, pendant que les pies, les geais, les corneilles, etc… les étourdissent de celui que la nature leur a donné ; mais comme je me sens l’esprit en repos, quand, à considérer toutes ces merveilles et une infinité d’autres, je vis simplement à concevoir que l’auteur de la nature a pris plaisir d’établir toutes ces belles différences qui font l’agrément de cette belle machine du monde, sans m’aller imaginer qu’avec une diversité de pores on en puisse rendre aucunes raisons bonnes et convaincantes… Je me contente de penser et de dire que telle a été la disposition du grand ouvrier… qui a voulu faire voir sa puissance… infiniment ingénieuse ». Il faut de tout pour faire un monde…

Il est des oiseaux comme de tout ce qui existe sur terre... Des milliers d'espèces en font la richesse...

Il est des oiseaux comme de tout ce qui existe sur terre... Des milliers d'espèces en font la richesse...

Jean-Baptiste pense beaucoup, et pas seulement sur le jardin… Mais chacune de ses pensées le ramène inexorablement au jardin et au rythme immuable des saisons… Réféchi mais actif, il sait remettre en question ce qu’il juge inapte tout en acceptant les règles de la vie sur terre… Novateur, il agit de façon empirique, sans donner foi à des présomptions qui ne seraient pas étayées par des raisons solides… Il sait trier le bon grain de l’ivraie… C’est un savant qui  allie à sa science toute la sagesse que lui donne la terre…

Alors, philosophe avant l’heure ? 

4 commentaires pour : Jean-Baptiste, le jardinier philosophe…

  • Patrick Laforêt

    Très instructif tes extraits commentés et remis dans notre époque !

  • admin

    Merci Patrick !

  • Mais sa science était empirique aussi, il a mis tout une vie à inventer des modes de taille, des modes de cultures, d’autres l’ont fait avant lui, depuis la préhistoire, d’autres l’ont fait ou le feront après lui… l’usage de la nature est un champ d’expériences, presque sans limites. Et les limites que nous y apportons sont les erreurs que nous commettons, souvent irréversibles quand elles sont perpétrées à l’échelle planétaire!

  • admin

    Elle était surtout empirique, puisque sa formation initiale était juridique… Mais il a su mettre ses connaissances, notamment celles qui concernaient la méthode, au service de sa nouvelle vocation… Je trouve fantastique que certaines personnes soient aussi déterminées à apprendre et à faire profiter les autres de leurs découvertes… J’admire beaucoup La Quintinie parce qu’avant tout, c’était un homme, avec ses fragilités et ses doutes. Il était si grand dans son domaine et tellement humble… Mais c’est vrai, Catherine, des hommes comme lui, il y en a toujours eu… Et il y en aura encore, sans doute… Et c’est heureux pour nous, pauvres ignares… Des erreurs, nous en commettons, certes, mais même La Quintinie en a commis : par exemple, quand il utilisait le cyanure au potager… Il ignorait alors que c’était dangereux. Georges Truffaut a fait la même erreur avec la matière radio-active, il pensait qu’elle stimulerait la croissance des plantes… De nos jours, ça nous fait sursauter, mais à l’époque… Le plus grave, aujourd’hui, c’est que, contrairement à tous ces grands hommes, nous savons que nous faisons mal et nous continuons…
    « Nous n’avons pas hérité la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos petits enfants »… Je trouve cette phrase très vraie…

Laisser une méssage

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>