Rubriques

Chaumont/Loire : Festival International des jardins 2011

« Je n’ai pas oublié qu’en persan, jardin veut dire paradis »…  L’Edition 2011 du Festival des jardins de Chaumont/Loire semble avoir un peu mis de côté ce postulat, et c’est dommage…

DSC02411 

Le thème de cette année était : « JARDINS D’AVENIR OU L’ART DE LA BIODIVERSITE HEUREUSE ». François Barré,  Président du Domaine de Chaumont/Loire, dans son éditorial, indique que la « biodiversité fait le plaisir des découvertes… Elle enchante le monde… Source et finalité… le jardin réunit à lui seul toute la richesse du monde… Cet équilibre est aujourd’hui menacé…  Le jardin saura proposer des opportunités  supplémentaires pour cette biodiversité… Le Festival donne à voir des jardins d’alerte, des jardins d’avenir… forces de proposition,  de recherche et d’innovation scientifique et artistique… ». Chantal Colleu-Dumond, Directrice du Domaine et du Festival des jardins,  réaffirme quant à elle,  la préoccupation majeure du Domaine, celle de la préservation de la biodiversité  de manière positive.

 Les jardins se devaient donc de présenter l’avenir, plus ou moins sombre,  certes,  mais sans perdre de vue le petit mot « OU » l’art de  la biodiversité heureuse. En l’occurence, selon moi, seuls quelques jardins ont su éviter cet écueil en imaginant des jardins souvent menacés, mais remplis d’espérance pour demain… Les autres, bien que très inventifs et originaux, ont présenté une vision extrêment négative du futur, laissant peu, ou pas de chance au monde de se sauver… Le jardin fait du bien, au corps et à l’âme. Il est de plus en plus fréquemment utilisé en thérapie, en direction des malades et des handicapés… Quel réconfort trouveraient-ils à se promener dans les jardins « A manier avec précaution », ou « Le jardin des plantes disparues », pour ne citer que ces deux là ? Le Festival est un lieu dont le but est de mettre en valeur des techniques, des idées, des matériaux nouveaux… à travers des thèmes éclectiques. Une amie me disait justement que le Festival de cette année ne l’avait pas enthousiasmée autant que ceux des années passées… Elle se demandait si une certaine lassitude n’était pas en train de s’installer… Je ne le pense pas, mais il est vrai que l’émerveillement provoqué en  2010 par le  jardin des Tsillandsias (rappelez-vous, cette serre transparente posée sur une eau noire, à l’intérieur de laquelle pendait les filles de l’air…) ne s’est pas renouvelé cette année De l’intérêt, certes, mais trop souvent teinté  d’idées noires… Le contraire de ce que le jardin est sensé provoquer… Un peu le sentiment que les créateurs sont au bout du chemin et qu’ils ont procédé à l’envers : l’élaboration du jardin, dans un premier temps, et sa justification – tirée par les cheveux- dans un second…  Les actes ne doivent-ils pas suivre la pensée, et non l’inverse ? Un jardin qui laisse le spectateur froid, qui n’ouvre aucun questionnement, sinon l’incompréhension la plus totale,  me rappelle certains vernissages où des peintres excentriques expliquent avec force élucubrations le sens d’une peinture hermétique, appréciée par eux-seuls ou quelques snobinards incorrigibles…

Mais nul doute que l’Edition 2012 saura réparer cette petite erreur de casting (bien pardonnable, si l’on prend en compte l’infini plaisir que le Festival provoque chaque année…) en nous offrant un feu d’artifice d’innovations et de projets, porteurs d’avenir et de joie : « Jardin des délices, jardin des délires »… Pour des « Délires délicieux et des délices délirants »… Un beau programme en perspective !

… Quelques jardins ont néanmoins  éveillé mon intérêt dans le respect du thème imposé. Parfois nostalgiques, beaux ou  originaux, ils ont en commun de porter en eux la petite graine de l’espoir… Voici ma sélection toute personnelle du « Tour du monde des jardins du Festival de Chaumont/Loire 2011 » ! (présentés dans l’ordre de la visite)

1 – LE LABORATOIRE (M. FANIEN, P. GUILLEMET, C. PARLOT) : L’histoire d’un jardin du futur qui renaît après une catastrophe… Ce jardin me renvoie à l’Arche de Noé : il reste un homme, unique rescapé d’un effroyable cataclysme (on espère très fort qu’il va découvrir une femme, quelque part, pour que la vie renaisse également du côté humain… ). Il a recréé un atelier où il a accumulé des vestiges du passé, et des reliefs de ce qui fut le monde. Mais ici, comme au début des temps, l’espoir est présent et de façon sous-jacente, la vie est là, partout, prête à germer…

DSC02423

DSC02424

DSC02431

DSC02427

DSC02434

 2 – SCULPTILLONNAGE (C. JULHIET-DETROYAT, C. PASQUER) : Un jardin très inventif, rempli d’idées à récupérer pour soi-même !  « Champicomposteurs », « Papiliolilium » (abreuvoir à papillons), Soliculusinsectus (tournesol abri à abeilles solitaires)… J’envisage d’ailleurs de contruire un champignon-composteur au centre de mon potager de poche… J’ai adoré, littéralement !  Esthétique, il offre à la faune maints abris pour s’abriter, se désaltérer et  se nourrir. Une façon de perpétuer leur existence dans un monde où herbicide et pesticide ne leur font pas la vie belle… L’alliance heureuse de l’esthétisme innovant et de la protection de la biodiversité, tout pour plaire ! 

DSC02439

 

DSC02445

DSC02440

DSC02441

6 – LE JARDIN BIJOU (L. DE LA FALAISE) :  Un jardin dans un écrin, à admirer sans bruit, les yeux grands ouverts…  Une végétation colorée et harmonieuse… Le début du regret de devoir, peut-être, un jour, nous priver de cette beauté…  Une ode à la nature pour nous inciter à préserver autant que nous le pouvons ce joyau sans prix… Du beau, seulement du beau, sans autre message que celui d’être beau et de nous faire comprendre ce que nous manquerions si, demain, tout devait disparaître…

DSC02469

9 – LE JARDIN PIXELISE  (M. PERNIGO, ANGEA STUDIO ASSOCIATO, C. BENNA) : Le jardin imaginaire d’un  futur en plein développement technique… L’eau est omniprésente -sans eau, pas de vie-, mais elle est économisée parce qu’elle est précieuse… La récup’ et le recyclage sont partie intégrante d’un avenir où rien ne se perd pour un développement durable nécessaire mais toujours esthétique ! Le mariage du beau et de l’utile…

DSC02504

DSC02505

DSC02506

DSC02508

DSC02507

 

13  – LA NATURE DES CHOSES  (S. PORTMANN, A. ZITA, M. TANAKA) : Une maison excessivement bien entretenue avec une pelouse impeccable… Une tondeuse attend, symbole du modesnisme et du contrôle de la végétation… Un espace entièrement maîtrisé où l’homme est seul à jouer sur la partition. La nature rebelle est complètement effacée au profit du domestiqué… Mais c’est sans compter sur le nécessaire dialogue qui peut encore s’instaurer… Puisque l’homme ne vient pas à la nature, c’est elle qui va venir à lui, en pénétrant dans la maison… Une osmose  intéressante va se créer entre le sauvage et le spontané, et l’étudié et le convenu. Cette fois encore, le message est celui de l’espoir d’une possible cohabitation entre l’homme et la nature… Le respect mutuel de l’un et de l’autre pour la préservation de toutes les espèces, y compris celle de la race humaine ?… 

DSC02545

DSC02548

DSC02549

 

DSC02553

 

DSC02554

14 – CELEBRONS ET TISSONS LA (BIO) DIVERSITE (S. DUFOUR, S. VISCONTI, M. BORDET-CHAVANES)  :  En écho, le jardin répond aux hommes qui, de tous temps, se sont toujours inspirés de la nature… Au ciel, des tissus qui célèbrent la richesse de la végétation…  Au sol, en miroir, la réponse à ces formidables formes, textures et couleurs… Un nouveau langage universel poétique et joyeux pour tous les amoureux de la nature ? Le nouvel Esperanzo des jardins, qui sait ?

DSC02562

DSC02565

DSC02571

  

 

 

 

 

DSC02573

17 – LES BULBES FERTILES (S. BERTHIER, X. BONAUD, C. BOUCHET, F. GANTOIS, E. PANIEN, O. DURAYSSEIX, G. PEZET) : Les bulbes évoquent de façon souvent inconsciente la richesse du sol puisque c’est là qu’ils vont puiser la force de devenir les fleurs magnifiques que nous pourrons contempler, quelques mois plus tard… La richesse de ce sol nous renvoie au compost et au travail des déchets verts qui vont produire  » l’or noir »… Les bulbes géants sont la promesse de futures floraisons, rendues possibles par le travail caché du sous-sol… Une halte riche en interrogations sur la nature des bulbes, sur leur devenir, sur les secrets qu’ils cachent… Comme un cadeau qui garde en lui le mystère de l’enfance…  Comme ces surprises en papier qu’on achetait autrefois chez le boulanger ou les Kinder-surprise d’aujourd’hui… Pour moi, ce jardin pourrait s’appeler « Le jardin de tous les possibles » !

DSC02592

DSC02594

DSC02596

19 – LE JARDIN DE MME IRMA  (E. NYK, G. GRIFFAULT, P. TROUILLET, C. JUNCKER) : Un jardin très ludique, riche en couleurs… et en rêves ! Je me suis assise sur une des chaises du petit salon de jardin rouge disposé là pour observer les enfants qui le visitaient : des cris de joie, des courses-poursuites, des yeux illuminés qui en disaient long sur la note que lui attribuaient ceux qui feront l’avenir de la planète, demain… On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre, et s’il est un public qu’il faut séduire, c’est bien celui des enfants…  Le jardin de Mme Irma est une invitation au rêve, un ticket pour l’avenir… Mais quel avenir ? Tout est encore envisageable, tout peut basculer d’un côté ou d’un autre… Et s’il est un grand pari, c’est bien celui de l’avenir ! Les symboles sont nombreux – le chat, la boule de cristal…- et le passage du rêve à la réalité se fait dans un grand éclat de rire ! Des idées intéressantes de récup’, déjà vues, mais joliment mises en scène…

 

 

 

 

DSC02599

DSC02602

DSC02603

DSC02605

DSC02616

 

DSC02631

DSC02608

 

Les jardins qui suivent sont originaux et ont exigé un grand travail de conception et de mise en place. Dans un autre cadre et avec un autre thème, je les aurais sûrement retenus pour leur ingéniosité et leur mise en scène osée… Sans doute trop, selon moi… Mais là, dans le contexte de la Biodiversité heureuse, ils m’ont seulement donné envie de passer vite… J’ai eu le sentiment désagréable d’être indiscrète et de pénétrer dans la chambre d’un mourant. J’ai assisté à ses derniers moments de vie et je me suis reccueillie sur la tombe de ceux, déjà morts, qui les ont précédés…  Aucun espoir de survie ni de guérison n’était sensible… Pas la moindre pousse d’espoir d’une fin heureuse !  Dommage… Ils méritaient mieux… 

Qu’en pensez-vous ?  Vous aimez ? Nous n’aimez pas ?

DSC02531

DSC02534

DSC02535

 

DSC02538

DSC02542

Enfin, on ne peut quitter le Domaine sans souligner la beauté exceptionnelle du site…. Une gestion sans faille et inventive qui donne envie de revenir, année après année, pour des découvertes sans cesse renouvelées… Les parterres de fleurs dans un magnifique camaïeu de bleus étaient particulièrement réussis cette année. Un jardinier m’a indiqué  qu’il s’agissait de tapis pré-semés/plantés, déposés sur un terrain préparé à l’avance… Le résultat est fantastique ! Des expositions de valeur, un potager respectueux et pédagogique…  Coup de chapeau à toute l’Equipe qui s’active au Domaine pour la plus grande joie des milliers de visiteurs !

DSC02769

DSC02402

DSC02403

Une des expositions du Domaine... Les abeilles sont à l'honneur !
Une des expositions du Domaine… Les abeilles sont à l’honneur !
Au Potager biologique, pleins d'idées à piquer, aussi, tel cette structure en bois souple qui, recouverte de végétaux,  ferait une très jolie cabane pour les enfants...
Au Potager biologique, pleins d’idées à piquer, aussi, telle cette structure en bois souple qui, recouverte de végétaux, ferait une très jolie cabane pour les enfants…
... Ou cette idée de protection des plantes, fabriquée à partir de couvercles de cageots...
… Ou cette idée de protection des plantes, fabriquée à partir de couvercles de cageots…

DSC02725

... ou encore cette suggestion de présentation de... ce que vous voulez ! Très sympa !
… ou encore cette suggestion de présentation de… ce que vous voulez ! Très sympa !

DSC02716

… Alors, convaincus ? Courez au Domaine de CHAUMONT/LOIRE ! Vous ne serez pas déçus car il y en a pour tous les goûts !

4 commentaires pour : Chaumont/Loire : Festival International des jardins 2011

  • Voila une critique sur les jardins présentés cette année au festival de Chaumont que je trouve très pertinente et que je partage. J’ai ressenti cette même frustration plus forte encore que les années précédentes. Au risque de me répéter, j’ai toujours comparé ces jardins éphémères aux défilés de haute couture dont les œuvres sont difficiles à porter dans la rue, dans la vie quotidienne. Ta comparaison avec « certains vernissages où des peintres excentriques expliquent avec force élucubrations le sens d’une peinture hermétique, appréciée par eux-seuls ou quelques snobinards incorrigibles… » est criante de vérité.
    Cependant, il ressort toujours de ce festival plein de choses à glaner de ce brainstorming fourmillant d’idées; il reste à chacun de faire le tri et de prendre ce qui lui correspond.

  • Deux espaces totalement hors-sujet font en effet de l’ombre aux autres qui ont beaucoup de charme, Dommage, les gens retiennent beaucoup le « négatif » dont on n’a pas besoin en ce moment. En effet les poches à perfusion m’ont laissé une impression de malaise, comme le cimetière d’étiquettes,je vais dans un jardin pour me ressourcer, éventuellement réfléchir, pas pour me déprimer…
    mais tout le reste est intéressant!

  • Claude PASQUER (JARDIN SCULPTILLONNAGE CHAUMONT/LOIRE)

    Bonjour,
    Je souhaitais vous faire un mail un peu plus long qu’un simple merci FB pour avoir apprécié notre jardin à corinne et moi même : le jardin des Sculptillonnages. Il est vrai que le coté onirique était fait pour intéresser les enfants à la biodiversité : il est clair que ce sont eux qui réaliseront les jardins d’avenir. Le jardin était un jeu pour les enfants il y fallait chercher 20 coccinelles pour les 20 ans du festival et aussi un puceron vert pour évoquer les ennemis des cultures… Je vous donne le lien pour en savoir plus sur le jardin : http://www.facebook.com/l/WAQDU9JihAQBiBjeOFUSyK2NHBr1skmc_mtBQ8fbZjNKKcg/issuu.com/claudepasquer/docs/communiqu__de_presse_a41_sculptillonnages
    Vous y trouverez nombre d’infos sur celui-ci et les champicomposteurs. Un très grand merci de vos appréciations. Je vous précise que le jardin n’a pas bénéficier d’autre aide financière ce qui fait des fois de grandes disparité entre les jardins…
    Bien à vous
    Claude Pasquer

  • admin

    Bonjour Claude,
    Je suis heureuse que mon appréciation sur votre jardin vous fasse
    plaisir. Il me semble que c’est un grand succès et que les visiteurs
    ont beaucoup apprécié votre inventivité.
    L’intérêt que vous avez cherché à éveiller chez les enfants est à
    souligner. Je l’apprécie d’autant plus que je suis directrice d’école
    et que j’initie, moi aussi, les élèves à la protection de la
    biodiversité à travers un jardin d’école très apprécié.
    Je me permets de basculer votre mail sur mon blog, de telle sorte que
    les visiteurs bénéficient du lien que vous avez joint.
    Encore bravo pour avoir réussi la gageure d’un jardin si intéressant
    sans aide financière. Je souhaite un beau succès à vos
    champicomposteurs et autres inventions !
    Bien cordialement à vous et à Corinne.
    Chantal JARDIN DE L’ECHASSIERE
    http://www.jardinechassiere.com

Laisser une méssage

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>