Rubriques

Un fantôme au Potager

Depuis plusieurs jours déjà, la barquette de plants attendait, abandonnée sur une table au fond de la classe… Le maître les avait achetés en cachette, et un beau matin, en avait fait la surprise à ses élèves : « Regardez ce que j’ai acheté… Vous savez ce que c’est ? ». Immobiles et silencieux, les enfants avaient regardé avec attention les petits godets qui contenaient chacun une plantule fragile. Le maître avait fait renifler les feuilles aux petits nez curieux et déjà, quelques yeux s’étaient mis à pétiller… « Moi, Maître, je sais ! »… Sylvain avait fini par lâcher la réponse… « Oui, vous avez raison, ce sont des pieds de tomates ! Nous allons les planter dans le potager de l’école, nous attendront qu’ils grandissent et puis, au retour des vacances d’été, nous irons les cueillir et  nous préparerons une bonne salade ! ». Un tour de rôle s’était organisé pour arroser les barquettes de plantes, dans l’attente de leur plantation…  

Oh ! Les belles tomates !

Oh ! Les belles tomates !

Le moment de les mettre en terre arriva enfin… Sylvain avait expliqué qu’il ne devait plus faire froid pour que les plants puissent s’épanouir au soleil de l’été. D’un bon pas, le rang s’était ébranlé jusqu’au potager de l’école, situé au-delà de la cour de récréation. Les enfants situés à la tête de la petite colonne, portaient la barquette comme une sainte relique. « Pousse pas, tu vas les faire tomber ! Attention, tu me gênes ! Non, c’est moi qui les porte ! Donne !!!… ». En souriant, le maître avait calmé les ardeurs de ses élèves.  « Ne vous bousculez pas ! Chacun va avoir une tâche à accomplir. Toi, Pierre, tu vas arracher les mauvaises herbes du carré. Matthias et David, aidez-le. Mohamed et Théo, ramassez les racines et mettez les dans le panier. Jade et Sofia, vous irez le porter sur le tas de compost. Les autres, prenez un outil. Vous avez le choix : une bêche, une serfouette, une binette, un râteau… Choisissez celui qui vous convient et retournez la terre afin qu’elle devienne douce et noire, prête à accueillir nos plants !  Après, nous arroserons ! ».

Bienvenue à l'Ecole maternelle !

Bienvenue à l'Ecole maternelle !

 

Le potager de l'école, lieu du mystère...

Le potager de l'école, lieu du mystère...

Une séance de plantation : on s'est longuement exercé avant de pratiquer pour de bon !

Une séance de plantation : on s'est longuement exercés avant de pratiquer pour de bon !

Motivés, les petits jardiniers s’étaient mis au travail, transpirant et plein d’allant… Les pieds malhabiles piétinaient ce qui venait d’être retourné, les épaules se télescopaient, les rires fusaient en même temps que les coups de binettes pleuvaient  au hasard, sur la terre couverte de chiendent. De temps à autre, Sylvain réclamait un peu de calme « Attention, Karim, tu vas faire mal à ton voisin. Baisse ton outil ! Léa, prête ton râteau à Elissa ! ». Après une vingtaine de minutes d’un labeur acharné, la parcelle s’était enfin dégagée, nette et odorante. Quelques enfants accroupis, malaxaient au creux de leur main cette matière collante de laquelle s’échappait une bonne odeur d’humus qui faisait un peu penser à la dernière sortie en forêt, l’automne dernier… Les élèves étaient revenus chargés de trésors : des glands, des feuilles de toutes les couleurs, de la mousse, des châtaignes qu’ils avaient fait griller dans une grande poêle et dont ils s’étaient ensuite régalés, la langue brûlée et les doigts noircis… La récolte des tomates promettaient d’aussi bons moments et chacun, telle Perrette et son pot au lait, se voyait déjà ramassant d’énormes fruits  rouges et parfumés dont ils pourraient raconter l’histoire, le soir à la maison…

Les plants de tomates ont bien grandi...

Les plants de tomates ont bien grandi...

Quand tout fut terminé, les élèves rangèrent leurs outils et, satisfaits d’eux-mêmes, se reculèrent pour juger du résultat de leur travail : deux rangées cahotantes formées de plants mous et  cassés sortaient de terre, quelques feuilles pendaient en haut d’une tige décolorée… La terre, tassée par les dizaines de pas maladroits, ressemblaient davantage à un champ de bataille qu’au Potager du Roi… Au pied des plantules, des cuvettes s’étaient formées, remplies d’une eau noirâtre à la surface de laquelle de petites bulles grises et frisées venaient éclater… Comme ils avaient bien travaillé… Tout était en ordre ! Les petits jardiniers pouvaient regagner leur classe. Mission accomplie ! Sylvain avait promis qu’ils reviendraient régulièrement soigner les tomates et surveiller leur croissance. Ils y comptaient bien !

Les tomates ont bien le temps de pousser, les murs sont couverts de fleurs ! A l'école, on aime la nature !

Les tomates ont bien le temps de pousser, les murs sont couverts de fleurs ! A l'école, on aime la nature !

Le temps passa… Les jours s’ajoutèrent aux jours pour former des semaines… Les petits plants rabougris du début s’étaient étoffés. Au mois de juin, ils se dressaient fièrement, arborant une tige bien ronde et gonflée de sève… Les feuilles avaient poussé formant un petit buisson vert tendre d’où émergèrent bientôt les premières fleurs d’un joli jaune pâle… Les enfants avaient observé toutes ces transformations avec excitation, guettant l’apparition des fruits… Les grandes vacances étaient arrivées mais les petites tomates étaient encore bien trop vertes  pour envisager la récolte… On se sépara après un dernier regard vers le potager…

Le mois de septembre sonna le glas des jours sans copains… A nouveau, la cour se remplit des cris et des rires des écoliers… Tout au bout, dans le petit potager, les tomates ne se reconnaissaient plus… Enormes, gonflées de jus et de soleil, les plus avancées étaient tombées sur le sol et achevaient de pourrir, tout doucement… Les autres, celles qui étaient encore attachées à la tige avaient grand besoin de soutien… Sylvain et ses élèves reprirent le chemin du potager pour mettre un peu d’ordre… Ils examinèrent les fruits décomposés et  la petite faune qui les avait envahis…  Sylvain expliqua que la terre se nourrissait de tout le végétal qui tombait sur elle. Personne n’eut donc de regrets, puisque, finalement, quelqu’un trouvait son compte dans l’affaire…  L’excédent de feuilles fut arraché, les plants furent liés sur un piquet pour pouvoir supporter le poids des fruits… Le souvenir des tiges malingres du printemps était bien loin. Il ne restait que ces végétaux solides chargés de promesses pour demain… Trois tomates avaient été remarquées par les enfants. Leur cueillette était imminente… Sylvain avait réussi à négocier la date de la récole. Ce serait jeudi matin… Impatients, les enfants avaient cédé… On attendrait donc jusqu’à jeudi…

La cour de récréation : on court, on crie, on se fait des amis...

La cour de récréation : on court, on crie, on se fait des amis...

Le jour dit, avant même que la porte de l’école ne  soit refermée, la mauvaise nouvelle s’était déjà répandue : les tomates de l’école avaient disparu… Et pourtant, tout le monde les avaient vues mardi soir, épanouies et colorées,  mûres à point… Où pouvaient-elles être ? Qui avaient bien pu les prendre ??? Une délégation de trois enfants vint rendre compte à la directrice de l’affreuse disparition : « Chantal, on nous a pris nos tomates ! On n’a plus de tomates ! ». Les petits visages bouleversés témoignaient assez du drame que vivaient nos jardiniers en herbe pour que l’affaire soit prise au sérieux… Il convenait de diligenter une enquête rapide. Les parents,  informés par leurs enfants,  se renseignaient à la sortie des classes… L’Ecole maternelle était devenue  » l’Ecole du  Mystère des tomates »…

Même mon doudou ne me console pas de la disparition des tomates !

Même mon doudou ne me console pas de la disparition des tomates !

Tous les personnels susceptibles de les avoir vues en dernier furent questionnés : les animateurs du Centre de loisirs, les cuisinières dont les fenêtres de la cantine donnaient sur le potager, la dame de ménage, le gardien de l’école… Rien. Personne n’avait vu les tomates… Elles s’étaient évaporées. Comme de la fumée… Pschittt… Elles étaient là, et puis soudain, elles avaient disparu… Mais où ? Les enfants ne pouvaient se satisfaire de ces réponses… Les investigations furent donc poussées encore plus loin.

Tous les enfants de l'école s'interrogent...

Tous les enfants de l'école s'interrogent...

Alors que « l’affaire » commençait  à s’estomper pour rejoindre les dizaines de mystères non élucidés, tels que celui de la pièce du puzzle jamais retrouvée, ou du petit soldat perdu  ou encore de la page du livre arrachée ou crayonnée…  et que l’idée du « Fantôme de l’école »  se mettait lentement à faire son chemin, le jardinier, un grand, un vrai, vint faire amende honorable : c’était lui qui avait mangé les tomates… En travaillant alentour, il les avait vues, belles, rouges, gonflées de jus, et il n’avait pas résisté à la tentation, il les avait cueillies et mangées, sans imaginer quelle tempête il allait déchaîner parmi les enfants… Contrit, repentant, il promit de ne plus jamais recommencer… Le mystère était enfin résolu… Quel dommage ! C’était si bien, ce gentil fantôme gourmand venant manger sans bruit, la nuit, les bonnes tomates de l’école maternelle, ou subtiliser discrètement jouets et gâteaux secs ! Et tellement pratique pour des générations d’enfants qui auraient pu, sans souci, commettre leurs petites bêtises sans être jamais inquiétés…

… Le mystère des tomates est finalement élucidé… Mais pas celui de la pièce du grand puzzle de la Classe 7, disparue le mois dernier …  ni celui de la page arrachée au livre « Les trois brigands »,  ni celui de la petite voiture  rouge de la classe 1, introuvable depuis hier… 

Finalement,  peut-être bien qu’il existe quand même,  le fantôme de l’Ecole Maternelle  ? 

Le fantôme de l'Ecole maternelle...

Le fantôme de l'Ecole maternelle...

3 commentaires pour : Un fantôme au Potager

Laisser une méssage

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>