Rubriques

Si le lierre m'était conté...

D’Alfred de Musset à Emile Verhaeren, en passant par Jean Cocteau et bien d’autres encore, le lierre a été une source d’inspiration pour les poètes… « Et comme le lierre obscur qui circonvient un tronc… et s’en fait un tuteur en lui léchant l’écorce… », le lierre s’installe au jardin bien souvent sans y avoir été invité… Aubaine ou catastrophe ?

 On entend tout et souvent n’importe quoi au sujet du lierre : il serait un destructeur de murs, un envahisseur impossible à circonscrire, un « bourreau des arbres » qu’il est accusé de tuer lentement en s’accrochant à eux avec ses crampons… En fait, tout cela n’est que rumeur… Et comme chacun sait, la rumeur court vite !

Quelle aubiane que ce lierre qui enveloppe un vieil arbre, lui apportant toute sa jeunesse et sa fougue !

Quel bonheur que ce lierre qui apporte toute sa jeunesse et sa fougue à un vieil arbre fatigué !

 Dans les faits, le lierre serait plutôt une aubaine à accueillir avec joie… Ses qualités, au regard des petits inconvénients qu’il peut générer, ne devraient plus être à démontrer…  Petite preuve par neuf que le lierre est un ami à encourager au jardin !

 1 –  Un beau manteau qui allie l’âme et l’esprit aux économies d’énergie : On peut préférer un crépi neuf et bien lisse au charme et à l’élégance un peu désuets d’une belle couverture végétale… Dommage, si l’on sait que, de surcroît, cette parure verte permet d’économiser l’énergie : en hiver, elle emprisonne la chaleur dans la maison et en été, elle y conserve la fraîcheur… Le lierre est un excellent régulateur thermique qui réduit de 50 % les  effets du chaud comme du froid. Et voilà des économies réalisées de manière naturelle et durable…

Le charme un peu désuet d'une maison recouverte de lierre... J':-)

Le charme un peu désuet d'une maison recouverte de lierre... Les murs sont sains : aucun risque !

2 – Des murs anciens et poreux sont la porte ouverte à l’humidité… Le lierre, à la manière d’un imperméable, abrite de la pluie et absorbe l’humidité en excédent à l’aide de ses petits crampons… Par ailleurs, il capte la poussière et protège du bruit… Bien sûr, on aura tout de même vérifié auparavant l’état du revêtement  pour éviter que les tiges ne s’immiscent  dans des joints déjà effrités… Le lierre est donc vivement conseillé pour habiller un mur ingrat dès lors que son revêtement minéral est intact. Encore une  façon écologique de se protéger de l’extérieur…

Vieux murs : il vaut mieux garder l'oeil sur les racines et éviter qu'elles ne s'infiltrent pas dans les interstices de pierres disjointées...

Vieux murs : il vaut mieux garder l'oeil sur les racines et éviter qu'elles ne s'infiltrent pas dans les interstices de pierres disjointées...

3 – A une époque où le respect de la nature et la préservation de la biodiversité sont plus que jamais une nécessité, le lierre est un sanctuaire pour la faune des jardins qui y trouve un abri bienvenu… Les oiseaux (grives, merles, pigeons ramiers, rouge gorge…)  raffolent de ses branches creuses et tourmentées propices à l’installation de leurs nids et se régalent de ses petites baies noires en hiver… Les araignées et autres petits insectes s’y prélassent avec bonheur… C’est vrai qu’à la fin de l’automne, toute cette petite faune essaie de se protéger du froid en entrant dans la maison… Et alors ? Où est le problème ? Nous autres humains, n’en faisons-nous pas autant ?  En outre, il est une des dernières source mellifère de début d’automne et permet de produire un excellent miel,

Un garde-manger de qualité pour toute la petite faune du jardin !

Un garde-manger de qualité pour toute la petite faune du jardin !

4 – Si le lierre s’est spontanément installé au jardin, c’est qu’il s’y plait…  Tant mieux ! Il n’y a pas de végétal plus facile à vivre. Résistant au froid comme à la chaleur, il se satisfait de tous les types de sol et d’exposition, même si le lierre panaché nécessite un peu plus de lumière que le lierre commun… Si vous décidez de l’y implanter, sa multiplication est un jeu d’enfant : il suffit de récupérer un tronçon de tige rampant au sol et possédant déjà quelques racines ou bien alors de l’enterrer au moyen d’un petit crochet en fer afin d’obtenir une marcotte à bon compte,

Installation spontanée de lierre au Jardin de l'Echassière : Bienvenue chez moi !

Installation spontanée de lierre au Jardin de l'Echassière : Bienvenue chez moi !

5Le lierre est utilisable dans quantité de cas : planté à la base d’un grillage, ses tiges entrelacées dans les mailles au fur et à mesure de la pousse forment dès la deuxième année et à moindre coût, une haie très épaisse que l’on peut tailler à sa guise… Lancé par-dessus un vieux mur, il l’escaladera avec grâce en jetant des jets vigoureux qui retomberont naturellement de l’autre côté… Il est également un excellent couvre-sol pour les endroits ingrats où rien ne pousse… Trop d’ombre, pas assez d’humidité… Le lierre saura se plaire, lui, et formera en peu de temps un tapis brillant et résistant au piétinement. Enfin, planté au cœur de structures grillagées, il formera en peu de temps d’élégantes topiaires aux quelles on pourra donner la forme désirée… A l’intérieur aussi, le lierre fait des merveilles : disposé au pied des plantes vertes, il constituera rapidement  un tapis épais. Attention, toutefois, à la chaleur sèche qui ne lui convient pas du tout… Une petite pulvérisation d’eau de pluie de temps à autre le comblera… Sur les rebords des fenêtres, il prendra aussi ses aises, en bouchant les trous et en éclairant les compositions hivernales de ses teintes tendres ou foncées…

Quand le jardin déborde sur l'espace public, le lierre est un excellent allié pour habiller la base des murs de clôture..

Quand le jardin déborde sur l'espace public, le lierre est un excellent allié pour habiller la base des murs de clôture..

Retombée nonchalante de branches de lierre occupé à coloniser un vieux pommier... Un charme très romantique : Je suis sûre que J. J. Rousseau aurait aimé !

Retombée nonchalante de branches de lierre occupé à coloniser un vieux pommier... Un charme très romantique : Je suis sûre que J. J. Rousseau aurait aimé !

6Les variétés de lierre sont nombreuses : du cultivar nain ou géant, vert sombre, en passant par celui vert clair, ou panaché, aux petites feuilles ou aux énormes feuilles, rigides, souples, voire molles, il y en a pour tous les goûts !

Invité à escalader une échelle en bois, un lierre panaché apporte lumière et profondeur à un coin sombre du jardin...

Invité à escalader une échelle en bois, un lierre panaché apporte lumière et profondeur à un coin sombre du jardin...

7Le lierre est une plante « qui fait du bien »…  Un cataplasme avec une feuille laissée trempée dans du jus de citron pendant deux heures feront merveilles sur les cors, après un bain de pied dans l’eau très chaude… Par ailleurs, à l’issue de sa fermentation, il donne un extrait mousseux très efficace contre les insectes prédateurs des plantes,

Vertus thérapeuthiques du lierre...

Vertus thérapeuthiques du lierre...

8La taille du lierre est limitée à deux interventions par an pour les variétés panachées, de telle sorte qu’elles formeront de nouvelles pousses colorées dans l’année, et à une seule, en fin d’hiver, pour les lierres de bonne taille. Il faut savoir que dès que le lierre fructifie, il cesse de grimper. Une taille de remise en ordre du feuillage devient donc largement suffisante pour harmoniser la forme…

Une taille limitée pour obtenir une jolie forme ronde, comme celle-là, en un temps record !

Une taille limitée pour obtenir une jolie forme ronde, comme celle-là, en un temps record !

9 – Accroché à un vieil arbre, ou à un arbre à feuilles caduques, il offrira la vue d’une végétation exubérante à toutes saisons… Alors, décidé ? La prochaine fois que vous irez en forêt, vous rapporterez quelques marcottes naturelles que vous implanterez ici et là, au pied d’un arbre, d’un vieux mur  ou d’une clôture, pour votre plus grand plaisir et celui de la petite faune des jardins qui saura bien vous le rendre !

On parle beaucoup trop peu de la magnifique floraison du lierre... Et pourtant, quelle beauté !

On parle beaucoup trop peu de la magnifique floraison du lierre... Et pourtant, quelle beauté !

 

CARTE D’IDENTITE :

Le lierre est une plante grimpante ou couvre-sol de la famille des Araliacea. De culture et de multiplication faciles, il trouve sa place partout…

Son feuillage est lobé, coriace et brillant. Les jeunes tiges portent des racines aériennes qui servent de crampons. Les feuilles aux formes variées sont vert sombre pour le lierre commun (Lierre d’Irlande) mais peuvent aussi être plus claires ou marbrées de jaune ou de blanc.

Les inflorescences vertes, à la forme de petits boutons, se développent en bout de tiges, celles qui ne forment pas de racines aériennes. A maturité, elles donnent des baies noires.

Il existe plus de 350 variétés de lierre. Le lierre commun supporte tous les excès, alors que les variétés à feuillage panaché résistent moins au gel et préfèrent une situation ensoleillée ou, à défaut, lumineuse. (Hedera helix «  Goldchild », « Goldheart », « Hybride », « Gloire de Marengo », etc… , pour les variétés panachées et Hedera helix « Gracilis », « Cristata », etc… pour les variétés vertes).

La culture en pot donne des résultats moins rapides qu’en pleine terre et celles à petites feuilles conviennent mieux au balcon et aux cours, qu’aux jardins. Le lierre d’Irlande (Hedera helix « Hibernica ») s’installe souvent spontanément au jardin ou au pied des arbres, des murs et des clôtures. Il pousse rapidement et peut former de superbes parures après seulement deux ou trois ans. Une bonne terre de jardin, bien drainée ou un terreau de rempotage consistant lui fournissent d’excellentes conditions de culture. Le lierre n’est pas sensible aux maladies et aux insectes. Sur les balcons très abrités, quelques araignées rouges et des cochenilles pourront apparaître en été…

Ici, le lierre s'est installé sans y avoir étyé invité... Alors, laisse, laisse pas ? Si laisse, dans 3 ans, tout au plus, le mur sera couvert à plus de la moitié...

Ici, le lierre s'est installé sans y avoir été invité... Il se plait, manifestement. Alors, laisse, laisse pas ? Si laisse, dans 3 ans, tout au plus, le mur sera couvert à plus de la moitié...

 VRAI OU FAUX ?

–          Le lierre détruit les murs sur les quels il s’accroche

Faux : si ces derniers ne sont pas fissurés au départ, au contraire, il les protège de la pluie et de l’humidité

–          Le lierre est un végétal facile à vivre

Vrai : le lierre n’a aucune exigence et supporte des températures extrêmes. De plus, il est facile à multiplier

–          Le lierre attire les araignées

Faux : Un grand nombre d’insectes essaient de s’abriter à l’approche de l’hiver. Le lierre n’attire pas plus les araignées qu’un autre végétal grimpant le long d’un mur…

–          Le lierre tue les arbres qu’il emprisonne dans son feuillage

Faux : c’est une rumeur qui a la vie dure… Le lierre grimpant s’installe plus facilement dans un arbre mort ou il n’y a pas de concurrence avec les feuilles, mais ses crampons n’ont aucune fonction de « suceurs de sève », et sa présence n’entraîne ni malformation ni retard de croissance… Au contraire, sa présence dans un arbre à feuilles caduques est un plus en hiver…

–          Le lierre est un régulateur thermique

Vrai : le lierre assure une régulation de température naturelle dans la maison

–          Le lierre est un abri pour la faune des jardins

Vrai : les petits oiseaux adorent se construire un nid au cœur de ses branches  et ils raffolent de ses fruits en hiver, lorsque la nourriture se fait rare… Les insectes trouvent aussi de quoi s’y abriter…

Détail de charme : un lierre enserre délicatement le miroir qui émerge, juste au centre de la couronne ainsi formée...

Détail de charme : un lierre enserre délicatement le miroir qui émerge, juste au centre de la couronne ainsi formée...

 

Le lierre est un précieux couvre-sol...

Le lierre est un précieux couvre-sol...

 

... Il contribue largement à communiquer des ambiances un peu nostalgiques, liées au temps qui passe...

... Il contribue largement à communiquer des ambiances un peu nostalgiques, liées au temps qui passe...

 

... Ce temps, aussi fragile que ces tendres fleurs de pommier, qui demain, déjà, ne seront plus... La marche inlassable du temps, soulignée par celle du jardin qui jamais ne s'arrête...

... Ce temps, aussi fragile que ces tendres fleurs de pommier, qui demain, déjà, ne seront plus... La marche inlassable du temps, soulignée par celle du jardin qui jamais ne s'arrête...

Que ne ferait-on pour le lierre ?...

Que ne ferait-on pour le lierre ?...

 

 

 Toutes les photos, à l’exception des trois premières, ont été prises au JARDIN DE L’ECHASSIERE.

10 commentaires pour : Si le lierre m’était conté…

  • Joli article ma chère Chantal pour un voeu de nouvel an! je n’ai pas tout lu mais je vais m’y attacher…as-tu dit qu’il était symbole d’éternité ?
    Bises et à bientôt !
    Catherine

  • Beau sujet Chantal, très complet comme d’habitude et fort instructif.

  • admin

    Les commentaires au sujet de cet article sur ma page Facebook…
    Je vous y donne RV.

  • de la Celle Thérèse

    Reportage instructif sur le lierre: je vais essayer d’être plus sympa avec lui! l’utiliser comme insecticide, ne plus avoir peur qu’il me tue un grand micoucoulier ni un grand cyprès de 50 ans au pied duquel le lierre a fait une jolie cabane. Par contre je confirme que sur les murs anciens, il participe allègrement à l’érosion des joints et de toutes les faiblesses…

  • Lorsque je me suis mariée, je portais une couronne de lierre dans les cheveux et j’en avais aussi fait mettre dans mon bouquet.
    Je suis toujours ravie d’accueillir les lianes qui s’échappent des jardins avoisinants.
    Sur la façade de ma maison, le lierre monte à l’assaut de la fenêtre du premier étage. Mon mari voulais le retirer sous prétexte qu’il abime le mur, mais je crois qu’il est finalement lui aussi convaincu que ce lierre habille notre maison, lui confère un charme qu’aucune autre alentour ne possède.

  • admin

    Tout-à-fait d’accord… Chacun aura compris que je suis fan du lierre ! J’adore le laisser s’agripper dans les arbres et le laisser retomber en souplesse au-dessus de ma tête… Je suis persuadée que la nuit, de petits trolls viennent jouer les Tarzan dans mon jardin… 🙂

  • suzanne

    super ce reportage…je le fais suivre a …mon mari qui me coupe regulierement les lierres qui poussent sur les chenes « vert » (et c’est magnifique…) les legendes hurbaines sont tenacent
    Chez nous (provence verte) le lierre aide +++ a tenir nos restanques
    merci

  • beaugrand Dorothée

    Bonjour , je trouve votre site génial !! voilà je cherche des plantes pour mettre en bordure de mur car j ai une cave et j aimerai limiter l humidité , je vois que le lierre serait un bon allier mais j aimerai des couleurs 🙂 dans l attente de vous lire je vous souhaite une belle journée . Dorothée

  • Bornet

    Article très interessant , mais j’aimerais savoir si le lierre est nocif sur les murs en bois d’une maison ? Merci de votre réponse

  • admin

    Bonjour,
    Je ne vous conseille pas de lierre sur du bois car, à la longue, celui-ci devient toujours plus ou moins poreux et forme de micro-fissures dans lesquelles le lierre pourrait s’infiltrer.La solution intermédiaire serait de ne laisser que certaines parties en bois colonisées par le lierre afin que vous continuiez à garder la main et que vous puissiez l’arracher facilement à la moindre alerte de dégradation du support !

Laisser une méssage

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>