Rubriques

Un fantôme au Potager

Oh ! Les belles tomates !

Depuis plusieurs jours déjà, la barquette de plants attendait, abandonnée sur une table au fond de la classe… Le maître les avait achetés en cachette, et un beau matin, en avait fait la surprise à ses élèves : « Regardez ce que j’ai acheté… Vous savez ce que c’est ? ». Immobiles et silencieux, les enfants avaient regardé avec attention les petits godets qui contenaient chacun une plantule fragile. Le maître avait fait renifler les feuilles aux petits nez curieux et déjà, quelques yeux s’étaient mis à pétiller… « Moi, Maître, je sais ! »… Sylvain avait fini par lâcher la réponse… « Oui, vous avez raison, […]

Passe, passe le temps...

Les fleurs du printemps, promesses pour demain...

Pendant des années,  le temps a tissé sa toile, mine de rien…  Magicien habile, il a créé l’illusion qu’il s’était arrêté en coulant, sans heurts et sans remous, comme le fil du fleuve… Les jours, les mois, les années se sont enchaînés, sans bruit… Partout où le regard se posait, 1, 2 , 3, Soleil !… , la vie prenait la pose, attentive à ne pas se faire remarquer… Et pourtant, les enfants qui grandissaient, les jeunes arbres qui désormais étendaient leur ombre bienfaisante jusqu’aux abords de la maison auraient dû témoigner du mirage…

Aujourd’hui, les enfants sont […]

Le jardin du bonheur...

Juin, 7 heures du matin : tout dort encore, le soleil se lève à peine... Et cependant, au jardin, tout bruisse... Les oiseaux, fous de joie, chantent à tue-tête, le coq, à côté, lance un cocorico enroué, les fleurs s

 A une époque où le stress et l’ambition font partie intégrante de notre vie, chacun considère l’accès au bonheur comme un dû… Et pourtant, rien n’est jamais donné…  Et comme on cultive son jardin, on cultive son bonheur… Selon la légende chinoise, le ciel et la terre se sont progressivement dissociés à la manière de deux essences : le Yang représente le ciel où notre idéalisme peut se déployer sans limite, le Yin est la terre où nos pieds sont fermement ancrés dans le réalisme de l’existence. A chaque moment, il nous faut nous équilibrer entre le réalisme et l’idéalisme…

Juin, 6h30 […]

« Ton jardin… »

Pour toi, Josiane, les plus belles roses de mon jardin...

« Pour Josiane :

Pour toi, Josiane, les plus belles roses de mon jardin…

 Premières effluves du printemps. Dans cette volière sans barreaux, notre présence fait fuir tous les passereaux qui s’égosillent depuis quelques jours déjà. La mangeoire, inutile, a changé de place. Tout est fleur. Tout explose. Tout bruisse, jusqu’à la crosse de la fougère qui se déroule…  Le chèvrefeuille s’agrippe aux volets bleus. Le lierre envahit peu à peu les panneaux de bois, là-bas, vers la remise. Dans des pots de terre entourés de galets, l’olivier, l’oranger, le citronnier prennent leur bol d’air, où flotte l’odeur de la première […]

Les rêveries dans la théiére

"LES REVERIES DANS LA THEIERE"

C’est l’hiver. Il fait nuit. Une pluie glacée mêlée de neige tambourine sur les trottoirs noirs et luisants. Dans le petit village, tout est calme et endormi. Tout… sauf deux étroites fenêtres qui clignotent dans le soir, comme pour faire des clins d’oeil au passant trop pressé… S’arrêtera ? S’arrêtera pas ? S’arrêtera ! Et seront même plusieurs à s’arrêter et à  entrer dans la petite maison brillante, sur laquelle s’accroche une enseigne « Les rêveries dans la théière »… Rien d’étonnant qu’avec un nom comme celui-là, l’esprit se mette à gambader : Mais où courent-ils donc, tous,  dans cette froide nuit de janvier ? […]

Première neige...

Un jardin qu

 Le reflet bleuté des murs et le silence inhabituel qui flotte dans la chambre confirment immédiatement mes doutes : il a neigé dans la nuit… Impatiente, je cours à la fenêtre et tire le rideau :  dans le petit matin blafard, une armée végétale freinée en plein mouvement se dresse, vaguement inquiétante, dans un monde irréel…  Le ciel bleu marine, lavé de tous les nuages de la nuit a refermé son couvercle métallique sur une nature devenue étrangère…  Sans perdre de temps, j’enfile rapidement un manteau, et les pieds nus dans des chaussons, me précipite dans le jardin, les […]