Rubriques

La jardinière

Chez "Botanique Editions", je choisis mes étiquettes...

Chez « Botanique Editions », je choisis mes étiquettes…

Je crois que j’ai toujours aimé le jardin… Toute petite déjà, munie d’un arrosoir à ma taille, je me revois courir derrière mon père pour l’aider dans les travaux de la terre.
Nous avions un jardin, assez grand dans mon souvenir, avec un petit potager, des arbres dans lesquels nous jouions, mes cousins et moi, de l’herbe et des animaux : des chèvres, un bouc, des pigeons, des poules, des lapins, un chat et un chien.
A cette époque, nous habitions à Villepinte (93), à quelques kilomètres de Paris et du Jardin de l’Echassière 1, où nous avons vécu plus de 38 ans…
En ce temps là, la ville ressemblait à un gros bourg de campagne : le maire était le cultivateur le plus aisé de la commune, et cela, de père en fils depuis des générations…

Stand ANDRE EVE : "Mais quel rosier vais-je donc choisir ?"

Stand ANDRE EVE : « Mais quel rosier vais-je donc choisir ? »

Face à la maison, un champ s’étalait à perte de vue et en automne, les saisonniers venaient y ramasser les pommes de terre.
Derrière, une des dernières fermes encore actives vendait lait frais, œufs et légumes du jardin.
Je me souviens encore de l’odeur de la terre du potager, mélangée à celle du lait chaud et des vaches qui s’agitaient à l’étable…
Toute fière, je portais la timbale dans laquelle la fermière avait mis le lait et que ma mère me confiait, et nous rentrions à la maison, le chien sur nos talons.
Mon père m’avait octroyé un petit coin de jardin : il retournait la terre, et là, j’avais le droit de semer ce qui me plaisait : radis de dix huit jours et fleurs faciles à cultiver. Quelle joie lorsque je pouvais récolter mes propres légumes soignés avec amour, ou offrir quelques fleurs à ma mère !

Avec Mr Guillot, homme charmant, à son stand de Roses anciennes...

Avec Mr Guillot, homme charmant, à son stand de Roses anciennes…

Les années ont coulé… Je crois que j’ai raté ma vocation : j’aurais adoré devenir fermière, ou fleuriste ou encore pépiniériste, exercer un métier en relation avec la terre…
Le destin en a décidé autrement : je suis Directrice d’école… mais je ne l’ai jamais vraiment regretté car ce métier est passionnant.
Alors, je passe tous mes moments libres au jardin : c’est une passion dévorante qui nécessite toujours davantage de temps et d’investissement. Je suis une victime consentante qui en redemande !
Mais comme toutes les passions, celle-ci réclame beaucoup : du temps, en tout premier lieu et des moyens financiers ensuite, car j’ai toujours envie du rosier ou de la plante que je n’ai pas encore…

Heureusement, je dispose de l’un et l’autre, sans excès, mais en quantité suffisante pour mes besoins. De temps à autre, je dois effectuer des choix parfois douloureux, mais je parviens toujours au but que je me suis fixé.

De toutes les visites et dans tous les mauvais coups : Michel, mon mari et complice...

De toutes les visites et dans tous les mauvais coups : Michel, mon mari et complice…

Parfois, j’embarque mon mari dans des entreprises démesurées, dans lesquelles il n’est pas partie prenante, mais il est tolérant et compréhensif : c’est ainsi que nous nous retrouvons à deux pour réaliser mon projet jardinier. Et Dieu sait que je ne manque pas d’idées !
Je pense je ne lui dis pas assez combien je l’aime pour tous ces efforts qu’il fait régulièrement pour me faire plaisir !
Nous avons acheté notre maison très rapidement après notre mariage. Notre fils avait un an lorsque nous nous sommes installés, rejoint par sa sœur cinq ans plus tard. Mon métier d’Enseignante m’a permis de disposer de temps pour les élever sans avoir recours à une nourrice. Leur père, Fonctionnaire de Police, profitait de ses horaires atypiques pour me relayer lorsque j’étais à l’école.
Aujourd’hui, ils ont quitté la maison tous les deux et sont installés : le premier est Responsable dans une collectivité territoriale voisine, et la seconde est Notaire dans les environs…

… mais les années ont continué de s’additionner les unes aux autres  depuis la première publication de ce post, plus de 8 ans, déjà… La remise à jour s’impose !

Nous avons donc quitté notre jardin de ville pour nous installer dans l’Oise, dans un petit village préservé, au milieu de la campagne et des bois. Le béton avait pris beaucoup trop d’importance à notre gré et nous étouffait… La décision n’a pas été facile à prendre, mais c’était la bonne…

A Ermenonville, notre nouveau point de chute, le jardin et la maison sont plus grands et offrent des terrains de jeux bien plus vastes ! Les premiers mois ont été très remplis entre les indispensables travaux à réaliser à l’intérieur, et la création complète du jardin… J’ai dû délaisser mon blog…

Aujourd’hui, nous pouvons nous poser un peu et entrer dans la phase « détails », la plus gratifiante… Les allées et retours entre nos lieux de travail et notre nouvelle adresse nous ont poussés à achever nos carrières un peu plus rapidement que prévu et une autre tranche de vie se dessine tout doucement, dans un environnement qui nous ressemble davantage.

Passionnés tous deux par  ce qui touche à la déco, intérieure et extérieure, par le jardin et la brocante, nous allons ouvrir une boutique en ligne d’objets du passé, revisités par nos soins, destinés à apporter un supplément d’âme aux maisons des amateurs du style shabby et aux jardiniers qui aiment la façon originale et magique avec laquelle nous avons organisé le nôtre…

Notre nouveau Sweet home porte le nom du précédent pour des raisons pratiques de référencement sur internet. On y retrouve des points communs avec le premier, mais il est toutefois très différent à bien des égards… l’expérience, sans doute ! La maison s’est épurée, elle est devenue plus précise, avec des goûts affirmés et moins chargés. Quant au jardin, il s’est aéré et offre la part belle au ciel… Il accueille beaucoup de végétaux, des roses, bien sûr, mais des vivaces en grande quantité aussi, des arbres et arbustes,  mis en valeur par des touches de brocante, sur le fil conducteur du célèbre conte de Lewis Carroll, Alice au Pays des merveilles…

Toute une histoire, que je vais avoir le bonheur de vous faire partager…